QUELQUES ASPECTS de la TCE (thérapie de couple centrée sur l’émotion  -EFT en anglais-)

L’Emotionally Focused Therapy (EFT) pour les couples (TCE en français) est une approche structurée brève formulée dès le début des années 1980 par Susan Johnson et Leslie Greenberg; de nombreuses études empiriques en ont validé l’efficacité. Dans cette approche, l’intervenant joue un rôle d’expert-conseil en matière de dynamique interrelationnelle, offrant aux partenaires appui et soutien. Il veut ainsi, dans un premier temps, rendre plus explicite leur conscience à l’égard de leurs prises de position au sein de cette dyna­mique et, dans un deuxième temps, élargir le répertoire de leurs réponses émotionnelles. De façon globale, l’approche vise la transformation et la restructuration de la dynamique interrelationnelle. L’EFT/TCE a fait ses preuves auprès de divers types de couples tant en pratique privée que dans les centres de formation universitaire et dans les hôpitaux. Parmi ces couples en détresse, on trouve des partenaires souffrant de troubles particuliers, comme la dépression (Dessaulles, Johnson et Denton, 2003; Whiffen et Johnson, 1998), l’état de stress posttraumatique (Johnson et Williams-Keeler, 1998; Johnson, 2002) et la douleur chronique (Knowal, Johnson et Lee, 2003). En outre, les stratégies et techniques de l’EFT/TCE s’appliquent aussi aux familles en détresse (Johnson, Maddeux et Blouin, 1998). La contre-indication principale à cette forme de thérapie reste la présence de violence conjugale, thème qui sera approfondi plus loin.

L’EFT/TCE est le produit d’une intégration des perspectives expérientielle/gestalt (p. ex., Péris, Hefferline et Goldman, 1951 ; Rogers, 1951) et interactionnelle/systémique (p. ex. Fisch, Weakland et Segal, 1982). On la qualifie d’expérientielle, en raison de l’accent placé sur l’exploration détaillée du vécu émotif de chaque partenaire, et de systémique, car elle place l’expérience de l’individu dans le contexte de cycles interactionnels entre les partenaires. Le terme «émotion» vient du latin movere signifiant «mouvoir», ce qui souligne son importance, pour le thérapeute EFT/TCE, comme moteur des comportements dans le cycle interrelationnel. Dans le cadre de l’EFT/TCE, les émotions sont cernées, puis exprimées de manière à favoriser la prise de nouvelles positions dans la danse ou la dynamique interrelationnelle – prises de position qui redéfinissent à la fois le soi et la relation à l’autre. Il en résulte une nouvelle dynamique interrelationnelle qui a l’avan­tage de contribuer au développement d’un lien d’attachement sécurisant qui, à son tour, permettra au couple de trouver de nouvelles solutions aux problèmes non résolus.

Depuis ses premières formulations, l’EFT/TCE a subi de nombreuses modifications, surtout grâce à l’apport de la théorie de l’attachement à la compréhension des relations intimes. Même si, dès le départ, l’EFT/TCE formulait déjà ces relations comme des liens d’attachement, c’est dans la théorie de l’attachement que la nature des relations amoureuses a pu se préciser au fil des ans. Cette théorie a gagné la faveur de nombreux intervenants qui prônent son utilité dans le domaine des relations de couple, en particulier avec les couples en détresse où au moins un des partenaires souffre de traumatismes ou de dépression (Whiffen et Johnson, 1998). On remarque qu’au cours de la dernière décen­nie, la recherche portant sur la théorie de l’attachement et sur son application aux relations adultes a connu un engouement sans précédent, ce qui favorise grandement son utilisation et sa pertinence pour les intervenants (Johnson et Denton, 2002).

Dans la thérapie de couple, le « client » n’est ni un partenaire ni l’autre, mais plutôt la relation, ou la dynamique interrelationnelle proprement dite. La théo­rie d’attachement propose une perspective sur l’amour adulte : l’insécurité entre adultes et la détresse de séparation sont des éléments qui sous-tendent les problèmes relationnels. Dans cette perspective, le but ultime de la thérapie devient la création d’une nouvelle dynamique interrelationnelle caractérisée par des liens de type sécurisant. Cette dynamique agira comme antidote au cycle négatif et elle redéfinira la dynamique interrelationnelle. Les trois buts de l’EFT/TCE sont donc les suivants: a) créer une alliance collaborative sécurisante; b) accéder aux réponses émotionnelles qui dirigent les interactions du couple, les amplifier et les rendre plus explicites ; c) restructurer ces interactions dans la direction de l’accessibilité et de la réponse positive. …

Pour la suite détaillée de ce texte, vous pouvez vous rendre sur la page des références bibliographiques et y télécharger en fichiers PDF deux textes en français sur l’EFT/TCE, dont la suite du texte ci-dessus.  Il s’agit d’un premier chapitre de livre en français décrivant l’EFT/TCE.  C’est le Chapitre 5 du Manuel clinique des psychothérapies de couple, J. Wright, Y. Lussier et S. Sabourin, © 2008 – Presses de l’Université du Québec.

Voici la  Table des matières  de ce Chapitre 5:

THÉRAPIE DE COUPLE AXÉE SUR L’ÉMOTION …………………..277

Marie-France Lafontaine, Susan M. Johnson-Douglas, Normand Gingras et Wayne Denton

1. L’historique de l’Emotionally Focused Therapy (EFT) ………..278

1.1. La synthèse des perspectives expérientielle et systémique …………278

1.2. Les influences de la théorie de l’attachement …………………………278

2. Les principes clés de l’EFT ……………………………………………… 279

3. Le processus du changement :stades ……………………………………………… 280

3.1. Stade I : la désescalade/désintensification ……………………. 281

3.2. Stade II : changements dans les prises de position interactionnelles …. 282

3.3. Stade III : consolidation des changements et intégration à la vie de tous les jours …. 283

4. L’évaluation et la sélection des couples ……………………………………………………….. 283

5. Les contre-indications ………………………………………….. 286

6. Les facteurs qui prédisent le succès ……………………….. 286

7. La création de l’alliance thérapeutique et l’engagement dans le traitement ……… 288

8. Les interventions centrales …………………………… 289

8.1. Les interventions visant à explorer et à reformuler l’émotion …….. 289

8.2. Les interventions visant la restructuration ……………………. 291

9. Les interventions en présence d’impasses …………………….. 292

10. Les mécanismes de changement …………………….. 296

11. La fin de la thérapie ……………………………….. 298

12. La violence conjugale ………………………………………….. 298

13. Présentation d’un cas clinique ……………………………………… 299

13.1. Affronter les nombreux démons vieux de 40 ans …………… 299

13.2. La démarche thérapeutique ……………………………………. 301

14. Les défi s de l’intervenant novice ……………………………… 308

15. L’état de la recherche ……………………………………….. 310

Conclusion ……………………………………………………………. 310

Références ……………………………………………………………….. 311